Tendance , Tous les articles

Les conservateurs des soins bio sont-ils aussi efficaces ?

10/07/2020

Les conservateurs des soins bio sont-ils aussi efficaces ?

Une chose est sûre, la cosmétique bio séduit de plus en plus de consommateurs, soucieux de leur santé et de leur environnement. Alors que, depuis de nombreuses années, les conservateurs synthétiques sont pointés du doigt les uns après les autres pour leur dangerosité et leurs effets sur l’organisme, est-il cependant recommandé d’utiliser des produits de beauté qui en sont dépourvus ? Les conservateurs de cosmétique naturels sont-ils aussi efficaces que ceux utilisés dans les cosmétiques conventionnels ?

DES CONSERVATEURS DANS LES COSMÉTIQUES : POUR QUOI FAIRE ?

Quel que soit le type de cosmétique, bio ou non, le conservateur éventuellement présent dans la composition va permettre au produit de conserver sa texture, son parfum, sa couleur et son efficacité de façon pérenne.

On distingue deux grandes familles de conservateurs : les antibactériens/antifongiques, et les antioxydants. Leurs rôles : empêcher la prolifération de bactéries et de champignons pouvant se révéler néfastes pour le consommateur, et maintenir l’aspect initial et la sensorialité du produit.

Aucun cosmétique n’est épargné par l’apparition de micro-organismes, mais ceux contenant une part d’eau sont les plus vulnérables. En effet, ces organismes vivants se développent… dans l’eau, ingrédient présent dans la quasi-totalité des produits de beauté ! Alors pourquoi les conservateurs ont-ils mauvaise presse ?

CONSERVATEURS = DANGERS POUR LA SANTÉ ?

crème de soin

Les conservateurs sont choisis par les fabricants en fonction du type de produit cosmétique qu’ils ont vocation à préserver (lait, crème, eau micellaire, huile, poudre… chaque soin nécessite un moyen de conservation spécifique), et en fonction du public auquel ils s’adressent (nourrisson, enfant, adulte).

Mais le rôle premier des conservateurs est de détruire des organismes vivants. Néfastes certes, mais vivants tout de même. Nulle destruction de la sorte ne peut être réalisée sans risque 0 pour le consommateur. Accusés d’être tantôt allergènes, tantôt irritants, parfois dénoncés pour être des perturbateurs endocriniens ou carrément cancérigènes, ils sont donc à la fois essentiels tout en étant, parfois, dangereux.

Parmi la liste des conservateurs décriés ces dernières années : les parabens, le triclosan, le cetrimonium bromide, le méthylisothiazolinone, les libérateurs de formols (produisant du formaldéhyde), ou le phénoxyéthanol.

QUE VALENT LES CONSERVATEURS DES COSMÉTIQUES CERTIFIÉS BIO ?

fleur

Pour les mêmes raisons de conservation, les cosmétiques bio n’échappent pas à la règle. Tout comme pour les cosmétiques conventionnels, ces derniers doivent respecter le règlement n° 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques, établi par le Parlement européen. Ils sont ensuite testés, puis validés ou non, par un toxicologue désigné. Aujourd’hui, il existe 59 conservateurs listés, c’est-à-dire autorisés par le règlement CE relatif aux produits cosmétiques, dont le seuil de concentration maximal autorisé est strictement défini.

Concernant les cosmétiques BIO, les conservateurs naturels sont bien sûr privilégiés car un cosmétique certifié bio doit contenir a minima 95% d'ingrédients d'origine naturelle. Quand ce n'est pas possible, une liste très réduite de conservateurs de synthèse est autorisée, car dits « identiques à la nature ». Il s’agit notamment de :

- l’acide benzoïque et ses sels, que l’on retrouve à l’état naturel dans le benjoin, par exemple, résine obtenue par incision du tronc d’un styrax ;

- l’acide salicylique et ses sels, présents naturellement dans de nombreux végétaux comme l’écorce de saule, la camomille sauvage ou la reine-des-prés ;

- l’acide sorbique et ses sels, extrait d’un petit arbre aux fruits rouge orangé de la famille des Rosacées, le sorbier ;

- l’acide déhydroacétique et ses sels, que l’on trouve dans les fleurs de solandra ;

- l’alcool benzylique, issu de nombreuses huiles essentielles comme l’HE d’ylang-ylang ou de jasmin.

Les conservateurs naturels sont quant à eux bien plus nombreux : innombrables huiles essentielles, extrait liquide de propolis, extrait de pépins de pamplemousse, levulinate de sodium, sodium stearoyl lactylate et acide citrique obtenus par fermentation de sucres de fruits, citron… il en existe de toutes sortes. Bien que naturels, ces ingrédients ne sont pas sans effet sur le corps humain. Certains peuvent se révéler irritants ou allergènes et sont parfois déconseillés aux bébés, aux jeunes enfants et aux femmes enceintes ou allaitantes, comme les huiles essentielles.

FAUT-IL OPTER POUR LE SANS CONSERVATEUR ?

application crème visage

Moins invasifs que ceux utilisés dans les produits cosmétiques conventionnels, les conservateurs de cosmétique naturels ne sont cependant pas totalement dépourvus d’effets secondaires éventuels. Bien que naturels et/ou « identiques à la nature », ils peuvent affecter les épidermes les plus sensibles et les plus réactifs. Alors faut-il se tourner vers les produits « sans conservateurs » ? Pas forcément…

La mention « sans conservateur » a plusieurs significations :

1 – Le produit en question présente une formule déshydratée

Poudre libre ou compacte, fards à paupières, blush… ces cosmétiques ne contiennent pas d’eau et n’ont donc, a priori, pas besoin de conservateurs puisque, rappelons-le, les bactéries et autres micro-organismes vivants se développent essentiellement dans l’eau.

2 – Le produit est une huile

Il ne contient donc pas d’eau et sera, de ce fait, peu sujet à l’apparition de bactéries. En revanche, on trouvera la présence d’antioxydant, afin d’éviter que la formule ne devienne rance.

3 – Le produit contient des conservateurs non listés

Afin d’éviter l’utilisation de conservateurs décriés et reconnus comme étant nocifs pour la santé, de nombreux fabricants intègrent des moyens de conservation ne figurant pas sur la liste des conservateurs reconnus et autorisés par le règlement CE, relatif aux produits cosmétiques. C’est le cas de l’alcool, de nombreuses huiles essentielles, et des lipoaminoacides ou des enzymes. Ces ingrédients entrent dans la composition de nombreux produits « sans conservateurs » afin de préserver leur aspect, leur couleur et leur fragrance. Ils peuvent toutefois être agressifs pour le corps, toxiques pour l’organisme et assécher la peau. Il y a donc bien présence d’éléments de conservation, qui ne sont simplement pas classés parmi les conservateurs reconnus.

4 - Le produit ne nécessite aucun conservateur grâce à son emballage

C’est le cas des produits vendus en dosettes uniques, des cosmétiques stérilisés par Ultra Haute Température (technique onéreuse et donc encore peu utilisée), et des flacons-pompes « airless » (le contenant étant isolé de façon permanente de l’extérieur, le risque de contamination est quasiment réduit à néant).

5 – Attention aux cosmétiques fait maison

Un produit sans conservateur peut s’avérer réellement dangereux pour la santé. Si le cosmétique contient de l’eau, est amené à être directement en contact avec l’environnement extérieur et est dépourvu de tout conservateur, listé ou non, il est alors propice à la naissance et à la prolifération de micro-organismes ainsi qu’à l’oxydation.

Pour le bien de votre peau, évitez les produits contenant des conservateurs controversés comme le phenoxyéthanol, certains parabens, le triclosan. Pour vous y retrouver, faites confiance aux labels de certification bio, qui garantissent à la fois une conservation optimale des produits de soin grâce à des conservateurs rigoureusement listés, tout en répondant aux exigences des normes de sécurité européennes !

Découvrez nos soins certifiés BIO
  • 5 1
    ,
    5/ 5


  • 5 1
    ,
    5/ 5


  • 5 1
    ,
    5/ 5


  • 5 1
    ,
    5/ 5