Problématique de peau , Tous les articles

Avez-vous la peau atopique ?

05/11/2019

Avez-vous la peau atopique ?

Une peau atopique est une peau dont la barrière protectrice est altérée, ce qui donne lieu à un état inflammatoire. Cet état est souvent dû à une précédente sécheresse prononcée, ou à une allergie. La peau peut alors être atteinte de dermatite atopique, qui engendre des démangeaisons, une peau encore plus sèche voire irritée. Cette pathologie peut se déclarer dès l’enfance et se prolonger à l’âge adulte. Si elle est assez répandue, elle demeure encore mal connue et mal comprise. Alors comment savoir si vous avez réellement une peau à tendance atopique ?

DÉFINITION D'UNE PEAU ATOPIQUE

Concrètement, une peau atopique est sèche et inflammée, car elle n’est plus capable de retenir l’eau. La barrière protectrice ne remplit plus son rôle à cause d’un manque de lipides, ce qui la rend sensible aux agressions extérieures. Devenue perméable, la peau réagit aux irritants et aux allergènes, ce qui provoque des démangeaisons et des sensations d’inconfort. La peau présente des plaques rouges et sèches lors de la dermatite atopique. Elle réagit par poussées, qui suivent toujours les mêmes étapes, à savoir :

Étape n°1 : apparition de taches rouges enflammées

La peau atopique commence par présenter des rougeurs, qui peuvent être associées à une inflammation de la peau et lui donner un aspect rugueux. Ces rougeurs sont souvent localisées sur le visage mais peuvent également surgir à l’arrière des genoux et au creux des coudes, à l’arrière des oreilles, sur les chevilles et les poignets… Selon la zone où elles se trouvent, les taches rouges sont plus ou moins nombreuses et étendues. Dans tous les cas, elles démangent fortement, et entraînent des surélévations palpables de la peau, qui se transforment en vésicules.

Étape n°2 : apparition de petites vésicules

Les inflammations se transforment donc en des vésicules remplies de liquide clair. Translucides, de la taille d’une tête d’épingle, elles donnent l’apparence de petites bulles d’eau posées sur la peau. Elles passent souvent inaperçues. Pourtant, alors que les démangeaisons persistent et que la personne se gratte, le liquide organique physiologique qu’elles contiennent s’échappe.

Étape n°3 : suintement

Le grattage des lésions provoque des suintements après la rupture des vésicules. Apparaissent ensuite de petites croûtes jaunâtres, qui se forment sur les vésicules qui se sont rompues. Ces croûtes tombent en quelques jours.

Étape n°4 : apparition des squames

Une fois les croûtes tombées, se révèlent des lésions rouges et lisses, recouvertes de squames. Ces petites pellicules sont des lamelles d’épiderme qui se détachent de la peau. La couche la plus superficielle de l’épiderme, la couche cornée, est alors détruite et la peau, fragile, démange intensément.

Ces réactions peuvent se manifester sur différentes parties du corps de façon simultanée. Et quand les poussées ont lieu toujours au même endroit, la peau s’épaissit, devient rugueuse. Lorsque ce cycle en quatre étapes s’achève, les lésions peuvent disparaître de façon momentanée, puis revenir quelque temps plus tard. Dans certains cas, elles persistent et entraînent une sécheresse excessive de la peau. Celle-ci devient alors plus épaisse, plus foncée et présente de profonds sillons : c’est la lichénification.

La peau souffrant d’atopie présente donc ces symptômes de manière chronique, et reste toujours très sensible. Les crises sont plus ou moins espacées en fonction de l’état de la peau et des différents facteurs responsables de l’atopie. La fréquence des crises atopiques peut donc être plus ou moins élevée.

Par ailleurs, on remarque que la peau atopique va souvent de pair avec d’autres pathologies comme l’asthme, les rhinites, les allergies saisonnières ou encore l'eczéma. Elle se développe donc davantage sur un terrain allergique et donc déjà inflammatoire.

LES CAUSES D'UNE PEAU ATOPIQUE

femme de dos avec les bras autour de son corps

La prédisposition génétique est la principale cause de l’apparition de cette pathologie. En effet, dans 50 à 70 % des cas, la peau atopique est d’origine héréditaire car l’un des deux parents est touché par cette maladie. Lorsque les deux sont concernés, le risque que l’enfant souffre de dermatite atopique est alors de 80 %.

Mais d’autres facteurs peuvent intervenir comme l’environnement. En effet, l’exposition à divers allergènes comme les acariens, le tabac, la pollution, les animaux domestiques… peut provoquer l’apparition de cette maladie, car ils favorisent les démangeaisons ou l’urticaire.

La peau atopique peut également être la conséquence d’une hygiène excessive lorsque la peau est trop lavée. Un nettoyage excessif et/ou avec des produits non adaptés favorise la perméabilité de la peau si sa barrière est abîmée. On retrouve ce phénomène notamment chez les enfants en bas âge, chez qui la toilette trop fréquente entraîne un manque de stimulation de leur système immunitaire. Moins capable de se défendre, la peau devient alors plus fragile en cas d’agressions.

Une exposition trop importante au savon et à l’eau engendre parfois l’apparition d’une atopie de la peau, mais c’est aussi valable pour les huiles très riches et transformées, ou les produits chimiques. Ce sont des situations qui endommagent la barrière protectrice de l’épiderme.

Enfin, le stress peut aussi être à l’origine des symptômes liés à une peau à tendance atopique. Dans ce cas, il est recommandé de faire suivre le traitement composé d’une crème pour peau atopique par un suivi psychologique.

L'ÉVOLUTION D'UNE PEAU ATOPIQUE

En règle générale, les premiers symptômes d’une peau à tendance atopique apparaissent sous forme de rougeurs, avant l’âge de six mois. Elles se manifestent essentiellement sur le visage. Puis, les démangeaisons arrivent. L’enfant peut alors se gratter ou frotter ses joues contre les draps afin de soulager le prurit.

En grandissant, au-delà de deux ans, la localisation change et on retrouve les symptômes de la peau atopique au niveau des plis, des mains, des poignets, des chevilles et des mamelons. De plus, la peau devient encore plus sèche durant l’hiver.

Les patients ayant la forme la plus légère de dermatite atopique la voient disparaître au bout de quelques années. Ce sont les cas les plus sévères qui persistent durant l'adolescence et l’âge adulte. Les lésions sont identiques à celles des enfants de plus de deux ans, mais certaines peuvent aussi être présentes au niveau du cou. De plus, de l’eczéma nummulaire peut apparaître, entraînant des lésions en forme de disques sur le tronc, les membres et au niveau des plis. Et, dans les cas encore plus sévères, elles peuvent se répandre sur tout le corps et se caractériser par une rougeur généralisée.

COMPLICATIONS DE LA DERMATITE ATOPIQUE

Lorsque les poussées liées à l’atopie de la peau sont très importantes et qu’elles ne sont pas traitées par une crème pour peau atopique, cela peut engendrer des surinfections de plusieurs origines, bactériennes ou virales. La peau peut en effet s’infecter, notamment si la personne souffrant de peau atopique a gratté ses plaies et qu’un suintement purulent empêche la cicatrisation.

Surinfection d’origine bactérienne

La surinfection d’origine bactérienne concerne généralement le staphylocoque doré (bactérie qui se trouve naturellement sur la peau et qui devient pathogène quand la barrière cutanéomuqueuse est rompue) ou un impétigo qui entraîne l’apparition de croûtes jaunes et purulentes.

Surinfection d’origine virale

La surinfection d’origine virale se fait par le virus de l’herpès et est appelée eczéma herpeticum. Elle se manifeste par de la fièvre, des lésions qui deviennent excavées, c’est-à-dire creusées en leur centre et une altération de votre état de santé général. Les conséquences peuvent être graves. Dans ce cas, il est conseillé d’éviter le plus possible d’entrer en contact étroit avec d’autres personnes, afin d’éviter toute transmission.

ALORS COMMENT PRENDRE SOIN DE CE TYPE DE PEAU ?

application de crème pour le visage

Si vous pensez être concerné par cette pathologie, il est indispensable de lui apporter tous les soins nécessaires et de consulter un dermatologue.

Comme une peau à tendance atopique présente un état de sécheresse extrême. Il est primordial de nourrir sa peau et de l’apaiser, quel que soit l’âge de la personne souffrant de cette pathologie. Cela se fait notamment grâce à l’application d’une crème pour peau atopique une à deux fois par jour. Il est recommandé d’appliquer 250 g de crème hydratante par semaine pour un enfant ayant cette maladie, et 500 g à un adulte. En effet, seule une hydratation régulière permet de réparer une peau atopique, qui va alors retrouver une barrière protectrice normale contre les agents extérieurs.

Pour cela, il est essentiel de choisir la bonne crème pour peau atopique. Il est préférable qu’elle contienne des actifs végétaux ou des huiles végétales qui ont l’avantage de nourrir la peau en profondeur, comme notre crème muesli nourrissante. 100 % naturelle et bio, elle permet de réparer et de protéger les peaux les plus sèches, et se révèle bien plus douce pour l’épiderme que des cosmétiques à base d’huile minérale issue de la pétrochimie. Cela risque en effet d’irriter encore davantage votre peau atopique, donc privilégiez le naturel.

Pour débarrasser votre visage de toute trace de maquillage, optez pour une huile démaquillante. Elle permet d’éliminer efficacement les impuretés en douceur, sans agresser votre épiderme : contrairement à un produit nécessitant l’usage d’un coton, l’huile glisse sur la peau, sans frottements.

En ce qui concerne le bain, les savons moussants classiques sont proscrits, car ils sont trop asséchants. Les savons doux et naturels à la composition minimaliste sont acceptés. Ils peuvent aussi être remplacés par une huile de bain, très douce pour votre peau fragilisée. De plus, il ne faut pas oublier de mettre votre crème pour peau atopique après chaque bain ou chaque douche, afin d’apaiser la peau et d’éviter qu’elle ne s’assèche davantage à cause du calcaire de l’eau.

D’autre part, la peau atopique est très sensible aux allergènes notamment le nickel, la lanoline, la graisse de laine ou encore la soie. Il est donc indispensable d’éviter un contact avec ces composants. Pour cela, il faut apprendre à décrypter les étiquettes de vos produits cosmétiques afin de vous séparer de ceux qui présentent des allergènes. Et pour limiter les risques, il est préférable de vous tourner vers la cosmétique bio qui incorpore dans chaque produit des ingrédients d’origine naturelle, ce qui diminue grandement les risques d’allergie (sauf si présence d’huiles essentielles, parfois à risque, car très concentrées).

C’est d’ailleurs le parti que nous avons pris chez Akane. Nous sommes engagés dans une démarche écoresponsable et avons à cœur de vous proposer des cosmétiques entièrement naturels et biologiques, qui ne contiennent que le strict nécessaire, que vous ayez une peau atopique ou un tout autre type de peau.